Avez-vous déjà entendu parlé de cette pratique sexuelle baptisé «stealthing» (en français, «furtivité»), une pratique qui fait polémique dont les juristes, se penche de très près !

Pour faire simple le stealthing c’est le fait qu’un homme ou une femme puisse ôter ou percer volontaire le préservatif pendant la relation sexuelle sans prévenir son ou sa partenaire.

Alexandra Brodsky a commencé à se pencher sur la question, il y a quatre ans pendant qu’elle était encore étudiante en fac de droit après avoir eu echo de telles pratiques dans son campus, elle a publié son enquête dans le Columbia Journal of Gender and Law.

Les études et les témoignages ont démontré que même si les victimes vivent cette expérience de manière diverses, la plus grande crainte reste « Risque de grosse non désiré et les maladies sexuellement transmissibles »

Alexandra souhaiterait avoir une nouvelle régulation dans la matière: « elles et ils ont fait l’expérience d’une violation claire de leur autonomie corporelle et de la confiance placée, à tort, dans leur partenaire » donc au lieu d’évoquer simplement une expérience décevante, il devrait être répertorier comme étant des violences sexuelles.

Comme vous avez pu le comprendre, ce n’est pas seulement les hommes qui abusent de cette pratique, selon une experte en sexe et relation, certaines femmes n’hésitent pas à compromettre « l’efficacité des préservatifs, en les perçant avec des trous difficiles à voir avec des aiguilles ou en les secouant/écrasant secrètement, afin de tomber enceintes ».

Alors vaut mieux être très prudent !  Et vous qu'en pensez vous ?