Du point de vue international, on s’accorde sur le fait que la croissance économique contribue au développement économique, social et à  la réduction de la pauvreté.

Il est  admis que l’incidence de la croissance sur la pauvreté dépend de la qualité de la croissance, c’est-à-dire de sa composition, de sa répartition et de son caractère plus ou moins durable.

Le secteur des petites et moyennes entreprises (PME) joue un rôle capital dans l’innovation et la création d’emplois.

Les PME constituent donc le socle pour le développement d’un pays. Et chaque Etat devra accompagner ces entités pour la croissance de l’économie nationale.

En République Démocratique du Congo, les PME tardent à se développer du fait qu’elles rencontrent des difficultés multiformes, et se voient abandonné en elles même car l’Etat congolais ne les accompagne pas. Alors qu’à l’heure actuelle, le pays traverse une crise majeure et la plus part des secteurs ne produisent plus, le taux de chômage s’accroît à grande vitesse, la pauvreté se généralise, un tas des situations ne permettant pas le développement du pays.

L’Etat congolais doit s’appuyer sur les PME tout en les accompagnants afin que celles-ci arrivent à se développer pour la réduction du taux de chômage et la pauvreté.